la vapeur au-dessus du riz 

clandestine opera
 
composition — Alexandra Grimal  
libretto — Antoine Cegarra  
espace — Fabienne Verdier  
choreography — Chiara Taviani  
sound — Céline Grangey 

Alexandra Grimal — soprano saxophone, voice
Lynn Cassiers — live electronics, voice
Sylvaine Hélary — flutes, voice
Théo Ceccaldi — violin, viola, voice
Atsushi Sakai — cello, voice
Bruno Chevillon — double-bass, live electronics
Sylvain Lemêtre — percussions, voice

coproduction Scène Nationale d'Orléans, Fondation Royaumont,  Fondation Daniel et Nina Carasso , Abbaye de Noirlac, Musiques au Comptoir, GMEA, DRAC Ile-de-France, kido, aide à l’écriture de l’association Beaumarchais-SACD, Banlieues bleues, la SPEDIDAM, la région Centre-Val de Loire, MFA.

The steam from the rice receives the support of the Ministry of Culture.

duration 1h30

 
"une œuvre fascinante" Fara C, l'Humanité 

"Étourdissant et magistral" Jean-Dominique Burtin, Magcentre 

"Une écriture magnifique et magnifiée par chaque voix soliste (...) On sort de la salle (bien remplie) sous le charme d'une oeuvre" Philippe Méziat, jazzmagazine 

4 étoiles Jazzmagazine 
« Une musique du passage et de la métamorphose d’une vraie force poétique » Stéphane Ollivier 

3 étoiles Le Soir (Belgique) 
« Un opéra, comme Peter Eötvös ou George Benjamin ? Alexandra Grimal en a écrit un, qu’elle a qualifié d’« opéra clandestin ». C’est La vapeur au-dessus du riz, sur un livret d’Antoine Cegarra. (…) Il ne faut pas craindre de plonger dans l’univers déployé sur deux CD. C’est surprenant pour qui n’est pas rompu au classique contemporain. Mais il suffit de se laisser bercer par la dramaturgie, les mots chantés, les orages soudains, les apaisements et c’est beau. » Jean-Claude Vantroyen, Le Soir, Le Mad

BUZZ - Jazz News
"un espace musical et spatial entièrement dédié à l'invention de formes inédites" Pierre Tenne

"Textes en partie fantômes, donc, constituant cet opéra clandestin revendiqué, dans lequel la réalité et les rêves tendent à se confondre." Pierre Durr, Revue et Corrigée

« il sogno onirico di Alexandra viene integrato e sviscerato in base ad un’estetica ben precisa, dove la composizione è un sottile pensiero che gioca a nascondino con l’improvvisazione, la quale si palesa forte e provvida di segnali. » Ettore Garzia, Percorsi Musicali 

disque "élu" Citizen Jazz
"La vapeur au-dessus du riz est au cœur de l’univers de la saxophoniste, qui troque plus souvent que jamais son fidèle soprano pour cette voix diaphane, reconnaissable entre mille. Elle nous emmène au seuil de l’invisible (...) Cette vapeur, c’est l’intangible. C’est l’impalpable." Franpi Barriaux
 

"Généreux, maitrisé, surprenant, envoutant, faisant appel à notre propre ouverture et nos images intérieures." RTS, Suisse

"Er is een zekere aansluiting met de klassieke opera maar alle conventies worden op een of andere manier aangepast, gemetamorfoseerd en eigenlijk helemaal overhoop gegooid. (…)  Een voorstelling boordevol vraagtekens die barst van de metaforen en verwijzingen. De grenzen tussen wat je hoort en wat verzwegen blijft of tussen wat zichtbaar en onzichtbaar is, vervagen voortdurend. (…) Voor fans van Ictus, Ligeti..." Georges Tonla Briquet Jazz'halo